Les offres en Tunisie

Visas de travail en Suisse Citoyens des pays Non Européens

Visas de travail en Suisse

Citoyens des pays Non Européens

Trouver un emploi en Suisse depuis l’étranger n’est pas chose facile. Dans un premier temps, consultez les sites internet de référence tels que Monster ; vous pouvez également prendre contact avec la chambre de commerce ou la mission économique suisse établie dans votre pays pour obtenir de plus amples renseignements sur l’emploi en Suisse, les formalités d’établissement en Suisse ou pour consulter les offres d’emploi le cas échéant. N’hésitez pas, non plus, à envoyer des candidatures spontanées auprès des entreprises de votre pays implantées en Suisse. Par ailleurs, sachez qu’être présent sur les réseaux sociaux est un sérieux plus. Prenez le temps de peaufiner votre profil LinkedIn ou Viadeo, entre autres. Le site Rezonance se présente, quant à lui, comme un  » Créateur de liens en Suisse romande « . Cette adresse peut vous être fortement utile si vous souhaitez échanger avec des entrepreneurs suisses et, éventuellement, faire connaître votre profil. Dans tous les cas, quel que soit le site auquel vous avez recours pour trouver un emploi en Suisse, pensez à mettre en avant vos qualifications ainsi que vos  » soft skills  » (votre dynamisme, votre esprit d’équipe, votre bonne humeur, par exemple).

-Les termes entourant l’obtention du permis de travail pour les citoyens des pays tiers sont plus restrictifs. En effet, ils sont tenus de décrocher un contrat d’embauche et d’obtenir un permis de travail avant de s’installer en Suisse. Cependant, le fait d’avoir obtenu un contrat d’embauche ne garantit pas l’obtention d’un permis de travail. De plus, vous serez éligible au permis de travail à condition que les qualifications et compétences dont vous disposez sont recherchées, n’étant pas disponibles localement, y compris dans la région de l’UE et de l’AELE. Sachez, par ailleurs, que le nombre de permis disponibles est très limité.

Vous aurez plus de chances d’obtenir le permis de travail si vous êtes spécialiste et/ou hautement qualifié, comme dans le cas de  » managers « , d’enseignants (à certaines conditions), ce qui implique que vous ayez une formation universitaire soutenue et une expérience professionnelle réussie. La maitrise d’une des langues parlées en Suisse est aussi un avantage considérable.

Il existe différents types de permis de travail pour les citoyens des pays tiers, notamment le permis L, le permis B et le permis C.

Le permis L :
Le permis L est un permis de courte durée qui permet aux citoyens de pays tiers de travailler en Suisse pour une durée de 4 mois à un an. Néanmoins, sa validité varie en fonction du contrat de travail décroché, pouvant être renouvelé pour une nouvelle période d’un an si vous ne changez pas d’employeur pendant cette période. Notez que le permis L s’applique également aux personnes souhaitant effectuer un stage en Suisse dans le cadre de leur formation professionnelle ou continue.

Le permis B :
Le permis B, pour sa part, est un permis de séjour (limité en nombre) qui permet aux citoyens de pays tiers d’effectuer un séjour d’une durée minimale d’un an en Suisse. Ce permis peut être renouvelé chaque année dans l’absence d’une opposition sociale ou judiciaire. Il est délivré dans le canton où vous êtes installé et ne vous permet pas de changer de lieu de travail. Si vous êtes titulaire du permis B, vos impôts sur le revenu seront déduits à la source.

Le permis C :
Le permis C est un permis d’établissement auquel vous pouvez être éligible après avoir effectué un séjour continu d’au moins 10 ans en Suisse. Les citoyens canadiens et américains y sont éligibles après avoir effectué un séjour de 5 ans dans le pays. Une fois que vous avez obtenu votre permis de séjour, vous êtes libre de changer d’employeur et même de lieu de résidence. De plus, vos impôts ne seront plus déduits à la source.

Sachez que le permis C est soumis à l’approbation de la confédération fédérale bien qu’il soit délivré par les autorités cantonales.

  • Procédures :

    Les formalités à remplir pour l’obtention d’un permis de travail en Suisse pour les citoyens de pays tiers varient en fonction des conditions entourant leur autorisation de séjour. Ainsi, si vous êtes embauché par un employeur qui arrive à justifier le fait que les qualifications et compétences dont vous disposez ne sont pas disponibles localement ni et dans la région de l’UE et de l’AELE, ce dernier aura la responsabilité de remplir toutes les formalités requises à l’obtention du permis avant votre arrivée. Les documents seront ensuite transférés à l’ambassade ou au consulat de Suisse du pays où vous vous trouvez.

    Chaque canton dispose de son propre formulaire de demande de permis de travail. Votre dossier devra être composé, en partie, des documents suivants :

    le formulaire de demande de permis de travail
    une copie de votre passeport
    un CV sous forme de tableau
    les copies de vos diplômes et attestations de travail traduites si les documents ne sont pas rédigés dans l’une des langues officielles suisses ou en anglais
    une lettre de motivation
    une fiche de poste
    un contrat de travail signé au moins par l’employeur et faisant mention du salaire
    D’autres documents devront être fournis par votre employeur. Par la suite, le dossier de demande doit être déposé, par votre employeur ou personnellement, auprès de l’autorité compétente en matière d’immigration, dans le canton visé. Si un visa est également nécessaire pour que vous puissiez entrer en Suisse, vous devrez également vous adresser à la représentation diplomatique suisse la plus proche de votre domicile dans votre pays d’origine. Votre dossier sera ensuite examiné par le Secrétariat d’Etat aux Migrations.

    Par la suite, vous êtes tenu de vous annoncer aux autorités communales dans les 14 jours suivant votre arrivée en Suisse. Les documents à produire sont les suivants :

    votre passeport valable
    votre carte d’identité
    votre acte de naissance (et de mariage si applicable)
    des photos identité type passeport
    votre contrat de travail
    une assurance maladie.
    D’autres documents peuvent aussi vous être demandés. Il est convenu de vous renseigner au préalable auprès des autorités communales.

    La durée du traitement du dossier de demande peut varier entre trois semaines et plusieurs mois, dépendant de la force de votre dossier (si celui-ci est bien monté et ne nécessite pas de recherche particulière).

    Accord relatif à l’échange des jeunes professionnels entre la Tunisie et la Suisse
    L’accord relatif à l’échange de jeunes professionnels s’applique aux personnes, qui remplissent les conditions suivantes:
    – Formation complète: Formation professionnelle d?au moins 2 ans ou formation universitaire (minimum requis Bac+3) ;
    – L’activité en Suisse en tant que jeune professionnel peut être accomplie uniquement dans la profession apprise ou le domaine étudié ;
    – Avoir entre 18 et 35 ans ;
    – L’accès à toutes les professions est possible, pour les professions réglementées, l’autorisation nécessaire pour l’exercice de ladite profession doit être présentée ;
    – Les jeunes professionnels (stagiaires) doivent être payés conformément aux règles usuelles de la région et de la branche ;
    – Le séjour et la durée du travail peuvent atteindre un maximum de 18 mois ;
    – Le travail partiel ou l’exercice d?une profession indépendante n’est pas permis ;
    – Le nombre des places annuelles est limité à 150 permis.

    Processus pour la recherche d’emploi
    1. Les jeunes professionnels tunisiens désireux de trouver une place en tant que jeunes professionnels (ci-après stage) en Suisse effectuent en principe les recherches par eux-mêmes.

    2. Néanmoins, la rubrique « Offres à la Une » sur le site de l’ANETI (www.emploi.nat.tn) sera utilisé pour la publication des offres de stages en Suisse au profit de jeunes professionnels tunisiens. L’ANETI recevra des offres d’emplois de la part d’entreprises suisses. Ces offres pour des postes spécifiques seront publiées dans la rubrique prévue à cet effet et la postulation sera possible pendant au moins deux semaines à compter de la date de publication. La Direction générale de placement à l’étranger et de la Main d’oeuvre étrangère du Ministère de la Formation Professionnelle et de l’Emploi de la République tunisienne sera ensuite chargé d’effectuer une présélection des candidats. Seules les candidatures qui remplissent formellement les critères impératifs du poste seront sélectionnées et remises par email à l’employeur, au plus tard 15 jours après la fermeture de l’offre. La suite de la démarche de sélection du candidat sera effectuée par l’employeur.

    Processus pour l’obtention d’une autorisation
    1. Après avoir été retenu par un employeur pour une place de stage en Suisse, le candidat tunisien doit constituer un dossier qu’il devra envoyer à la Direction générale de placement à l’étranger et de la main d’oeuvre étrangère du Ministère de la formation professionnelle et de l’emploi de la République tunisienne .

    2. Le dossier doit contenir les documents suivants :
    1. formulaire de demande officiel, d�»ment complété et signé, en quatre exemplaires: https://www.bfm.admin.ch/dam/data/bfm/arbeit/berufspraktikum/ausl-stagiaires-gesuch.pdf ;
    2. contrat de travail d’une durée maximale de 12 mois (avec possibilité de prolongation jusqu’à 6 mois ultérieurement) en quatre exemplaires comprenant au moins les informations suivantes : nom et adresse de l’employeur en Suisse, précisions sur le stage et la rémunération prévue (modèle de contrat de travail avec programme de formation).

  • Le modèle suivant peut être utilisé:
    https://www.bfm.admin.ch/dam/data/bfm/arbeit/berufspraktikum/ausl-stagiaires-arbeitsvertrag.pdf ;
    3. copie du diplôme professionnel ou universitaire;
    4. curriculum vitae à jour;
    5. A titre optionnel : copies des certificats de travail des deux dernières années ;
    6. photocopie du passeport.

    3. Ensuite, le Ministère examinera le dossier du candidat pour vérifier qu’il réponde aux exigences de l’Accord et, dans le cas échéant, le transmettra directement à l’Office fédéral des migrations de la Confédération suisse à Berne dans un délai ne devant pas dépasser un mois à compter de la date de réception du dossier.

    4. Après réception du dossier, l’Office fédéral des migrations accordera une autorisation de jeunes professionnels si les limites du contingent sont respectées (150 personnes par année) et si les conditions générales sont remplies .

    5. La décision est transmise l au Ministère qui se chargera d’en informer le candidat tunisien qui devra ensuite entreprendre des démarches visant à l’obtention d’un visa. A ce moment, le candidat recevra aussi une brochure le renseignant sur la mise en place d’un dispositif d’assistance psychologique, ainsi que la possibilité de profiter d’un mentorat par les membres de la communauté tunisienne résidente en Suisse.

Related Articles

Check Also

Close
error: Content is protected !!
Close

Adblock Detected

Please consider supporting us by disabling your ad blocker